Rifter squadron

Début de semaine intéressant. Fade donne des ailes. Ce soir un nouveau FC, Veetra, se jette courageusement à l’eau. Je suis admiratif, moi qui serait bien incapable de prober, mater la carte, gérer les scouts, répondre aux convos, diriger une fleet, tout ça en même temps. Ça viendra peut-être un jour. La doctrine pour cette sortie est le Rifter. Ma première frégate et un de mes ships préférés. Piloter un Rifter me rappelle toujours mes débuts à l’académie. Je ressens une pointe de nostalgie au moment d’insérer mon pod. Tant de souvenirs me reviennent en tête. Mes premières missions de combat contre la flotte Amarr, ma première perte en low sec, mes nombreuses missions pour les Sisters of Eve.

« Départ dans une minute. Notre destination pour cette mission sera Pure Blind, où nous patrouillerons pour tester la combativité des habitants. Commencez votre check list, si ce n’est déjà fait… » Le ton dynamique et décidé de Veetra me tire du cours de mes pensées. Le décompte puis l’autorisation d’undock s’affiche sur l’holo tactique. La petite flotte s’éloigne lentement de la station, en direction du sud. Les vaisseaux de la flotte de défense patrouillent à proximité, veillant sur les mineurs laborieux et les chasseurs de primes.

Nous sommes une vingtaine, plus les scouts déjà en place en avant de la fleet. Mais les premiers systèmes traversés sont vides d’hostiles. Il faut dire que ces jours-ci, « the place to be », c’est surtout Saranen, là où les forces de la MBC assiègent la CFC (enfin, ce qu’il en reste), maintenant une énorme pression militaire et psychologique sur l’ennemi.

Après plusieurs jumps, nous entrons dans EC-P8R, où les scouts nous ont signalés de l’activité vers la gate de Torrinos (la porte high sec/null sec). Un Osprey Navy Issue (une vilaine bête) qui passait par là est taclé non loin de la gate. Nous lui tombons tous dessus dans un total manque de fair-play, mais ce type de croiseur est connu pour être une plaie, surtout pour des frégates. Il succombe rapidement sous les rafales de projectiles sans provoquer de pertes de notre côté. Le pilote a tout l’air d’un carebear inexpérimenté qui s’est trompé de gate. Tant pis pour lui, ça lui servira de leçon. La chasse continue. Une minute plus tard, nous croisons un small gang de cinq Caracal, un Confessor et un Slicer. C’est pas les adversaires rêvés pour des frégates mais nous sommes plus nombreux. On s’approche pour engager le combat, tous conscients qu’il va y avoir de la casse.

« Primary target, le Confessor », hurle Veetra sur les comms. La flotte ouvre le feu sur le T3D Amarr qui est désemparé en quelques secondes. Mais les lanceurs rapides des croiseurs vident leurs chargeurs et les missiles fusent dans notre direction. Deux Rifter et le Svipul de Veetra, notre FC, qui leur servent de cibles, ne résistent pas au violent barrage de missiles. Leurs méfaits accomplis, les ennemis s’alignent vers l’espace profond. Veetra sauve son pod, non sans lâcher une bordée d’insultes bien senties et doit se trouver une nouvelle monture pendant que la course poursuite s’engage entre les hostiles et nous. Nous les traquons dans le système pendant près d’une dizaine de minutes, warpant de gates en ceintures d’astéroïdes. Les deux flottes se croisent plusieurs fois mais l’ennemi ne semble pas décidé à engager. Mais nous mettons un point d’honneur à venger notre FC et nous finissons par les attraper sur la gate d’EWOK-K. Nos Stiletto mettent les premiers tacles puis les Rifter, enragés, foncent dans le tas. Je pousse les propulseurs dans le rouge et entame une spirale vers le Caracal le plus proche. Je sens la frégate vibrer quand j’ouvre le feu avec mes autocanons de 200 mm et je vois les projectiles traçants labourer la coque du croiseur. Sans ralentir, je poursuis ma trajectoire vers la cible suivante. Le second Caracal crache déjà des débris dans son sillage quand j’arrive à portée avec quelques équipiers pour la mise à mort. Ce qu’il reste de la flotte adverse en profite pour fuir à nouveau. Bilan de l’affrontement : Un Svipul et deux Rifter perdus contre un Confessor et deux Caracal. La victoire est notre !

Une fois la tension retombée, la patrouille reprend son cours. Nous repartons vers Fade quand l’intel signale une grosse flotte de combatceptor goons dans le secteur. Nous nous mettons en chasse, plus motivés que jamais. Nous n’avons bien sûr aucune chance de gagner contre une telle flotte, mais ce n’est pas le but. Non, l’objectif c’est de faire mordre la poussière à leur FC, le méprisable et braillard Dabigredboat. Arrivés à X36Y-G, dans Fade, nous tombons sur un Omen Navy Issue qui prend le thé avec ses potes sur la gate de VRH-H7. Dommage, c’est pas l’heure du thé. Velya, en avant de la flotte, le pointe puis le scramble. Son Stiletto est détruit mais son sacrifice n’est pas vain. Nos Rifters tiennent l’ONI par les couilles. La cérémonie du thé se termine dans un flash aveuglant. Après cet intermède tisanier, nous nous postons dans O-CNPR pour intercepter nos amies les abeilles.

dbrb

La gate de VRH-H7 flashe. La flotte goons décloacke et nous engage. C’est un peu le bordel et nous sommes anéantis avant d’avoir pu détruire notre cible. Retour au staging via la clone bay pour tout le monde. Pas grave. Ils nous en faut plus que ça pour nous arrêter. On décide de reship en Harpy et Zinox prend le commandement pour le second round. Quelques minutes plus tard, nous sommes à nouveau dans l’espace. Nous suivons toujours la progression de la flotte ennemie sur les comms interalliés. Elle est partie faire une boucle dans Deklein et nous fonçons à sa rencontre avec une dizaine de Harpy, deux Ewar et un Stabber. Nous posons le piège à bourdon sur la gate de 2OG9-G dans I30-3A, à portée optimale de nos railguns. Nous n’aurons pas à attendre longtemps. La gate flashe. Les goons décloackent, warpent sur un tac et se replacent pour nous engager. Nous n’avons tous qu’une seule cible présélectionnée dans l’affichage tactique : leur FC. Il est enfin à portée. Les railguns sont déjà sur « overload » quand son Malediction est enfin locké. Il est taclé et les rafales d’une dizaine de Harpy s’abattent sur l’interceptor. Il couine sur le local lorsque son vaisseau explose. Moi, je hurle de joie dans mon pod en voyant la notification de kill s’afficher sur mon holo. Hélas, nous manquons de le poder d’un cheveu. Pas grave, on se recroisera, c’est sûr. Evidemment, la plupart de nos Harpy y passent, mais quel pied ! Ça valait vraiment le coup. Moins d’une heure plus tard, nous sommes tous au New Titty à enchainer les tournées. Le réveil sera dur mais demain est un autre jour.

Hekto J. Fin de transmission…

Merci à Thrukin pour les images ♥.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s