Infâme paix

Puissent les Drifters emporter tous les politiciens. Un communiqué de l’alliance vient de tomber, signé de notre cher leader Cagali. La guerre contre Infamous est finie. Pire, cette vermine est intégrée au « Querious agreement». Je ne suis pas idiot (en général) et je comprends les raisons de cette décision. Les deux constellations occupées par Infamous (MPJW-6 et XLL-Z7) ne faisaient pas partie de notre territoire. Elles étaient sous la responsabilité de NARM (le maillon faible), qui s’est barré en laissant tout en plan, renters compris. Nous ne sommes tout simplement pas (encore) assez nombreux pour occuper et tenir ces constellations. Il fallait bien que quelqu’un s’y installe.

Infamous3

Les candidats potables ne se bousculèrent pas au portillon, du coup c’est Infamous qui a tapé l’incruste et emporté le morceau. C’est regrettable, pour plein de raisons. Ils ne correspondent pas au profil des habitants de Querious, ils sont déjà établis dans deux autres régions. Ils ont aussi dans leurs rangs des personnalités très douteuses (Kelnon Tealth par exemple) et des amis peu recommandables (Stain Wagon, AAA). Et une part d’entre eux ne sont que des rats ayant quitté le navire Brave quand celui-ci était à la dérive. Bref, de la vile racaille. Pour finir, Cagali les avait voués aux flammes de l’enfer il y a quelques jours à peine. Pour faire la paix maintenant. C’est un signal de faiblesse et du coup on passe pour des glands. Elle commence mal le job. C’est mon opinion en tout cas, même si je dois avouer que je ne suis pas objectif. Je n’aime pas Cagali. Mauvais feeling, c’est comme ça.

Le point positif, c’est qu’on a encore le droit de combattre les Infamous. On ne va pas s’en priver. On ne peut seulement plus entosis leurs balises territoriales. Et ça, j’espère que d’autres s’en chargeront. Alors, lorsqu’ils auront besoin d’aide pour défendre leurs systèmes, en ce qui me concerne, ils pourront toujours se gratter.

Heureusement, il va être temps de se changer les idées. L’heure de la patrouille approche. J’enfile ma combinaison de vol puis je me rends aux docks. C’est Baltot le FC du soir, un fondu du fight sous toutes ses formes, et un chasseur particulièrement agressif. Nous volerons en « combatceptor », pour couvrir beaucoup de terrain rapidement et pratiquer le « hit and run ».

Je m’installe dans le pod, qui est placé dans un Taranis. C’est une variante interceptor de l’Atron. Un méchant petit vaisseau. Je me connecte et ma conscience est envahie par un besoin de vitesse et de violence. Je fais machinalement tourner les blasters à vide, avant de charger les Void S. Ces saletés ont une très courte portée mais font très très mal. Sans compter les deux vilains drones Acolyte II en soute.

– Ici Baltot. Y a un gang de Gorgon Empire qui cherche la merde autour de la station. Tout le monde, undock, undock, undock !

C’est parti. Notre flotte d’une vingtaine d’unités s’élance dans le vide. Nous warpons vite sur un safe.

– J’ai un Tengu au Dscan, s’écrit Stan. Sans doute leur vaisseau de commandement. Il tente de le prober. Une trentaine de seconde s’écoulent.
– Je l’ai ! Warpez à 10. Vite, les mecs !

Les moteurs Warp montent en régime. Puis c’est le coup de pied au cul monumental de l’accélération soudaine et fulgurante de l’entrée en Warp. Sans les compensateurs d’inertie monstrueux du vaisseau, je serais déjà réduit à l’état de pulpe sanglante, collée à la paroi du pod. Quelques secondes seulement, et je subis une décélération tout aussi brusque. La cible est là, juste à quelques dizaines de kilomètres. Le type ne comprend pas encore ce qui lui arrive. Nous fonçons sur lui à pleine vitesse. Je le lock et large les drones.

Le Tengu est bullé par Logan, pointé, tacklé, webé. Une douzaine de frelons déchainés s’acharnent sur lui. Il doit hurler à l’aide car ses potes en Svipul, Stiletto, Stork et Kirin apparaissent sur le Dscan. Mais ils arrivent trop tard. Nous les engageons à leur tour. D’abord les deux Kirin, les frégates logistiques. Puis deux Svipul passent l’arme à gauche avant que leur flotte ne prenne la tangente, la queue entre les jambes. On laisse malgré un Osprey Navy et un Sabre sur le carreau. La soirée commence fort.

Nous rentrons vite fait à la station, le temps de remplacer les vaisseaux perdus, de mettre quelques points de soudure sur les coques abimées et de recharger 2-3 caisses de munitions. J’en profite pour me repasser les images de l’affrontement. Puis nous repartons enfin, direction K-L690. Les sept systèmes sont rapidement traversés et nous arrivons sans encombre à la gate de ZAU-JW, le QG des INK. Nous traversons la constellation 8ET-D1 jusqu’à 3BK-O7, à la recherche de mineurs solitaires ou de vaisseaux combattant les Blood raiders du coin. Bien sûr, nous sommes vite pris en chasse par la flotte de défense d’INK. Nous jouons au chat et à la souris avec eux dans plusieurs systèmes, mais nous ne sommes pas de taille à les affronter en interceptors.

Nous poursuivons notre chemin, cap sur UVHO-F, le centre industriel de Pandemic Horde. Le système est plutôt dangereux. Une seule porte d’entrée/sortie, généralement bien gardée. Les frères de la Horde n’hésitent pas à sortir du lourd pour protéger leur industrie. Notre scout pénètre dans le système. La gate est archi-bullée (mais nous sommes en inty, ce n’est pas un problème) et un Rattlesnake solitaire flotte tranquillement non loin.

– On jump et on l’engage les gars, ordonne Baltot. Ça sent le bait (l’appat), mais on est là pour fight, on s’en fout.

Notre petite flotte entre dans le tunnel hyper-spatial. Une poignée de secondes et un flash blanc plus tard, nous arrivons dans UVHO-F. Je décloack et fonce vers le battleship. Le lock. Soudain, des vagues d’ondes explosives s’échappe du Rattlesnake. Mon Taranis est secoué dans tous les sens, les alertes illuminent mon pod en rouge. Le bouclier saturé vole en éclat, puis c’est au tour du blindage de fondre.

« Danger ! Dommages structurels critiques ! Danger ! Rupture de la coque imminente !»

Smartbombs. J’ai juste le temps de lancer un Warp sur un tac avant de convulser pendant plusieurs secondes, tant la sensation de brulure induite par la connexion avec le vaisseau est intense. Un cri d’agonie retentit sur les coms. Le système médical du pod m’injecte une lourde dose d’antalgique, et mon rythme cardiaque ralentit enfin. Je reprends mes esprits. La structure du Taranis est endommagée à 76%. Un frisson glacé parcoure ma colonne vertébrale. Je m’en suis sorti de justesse. Ce n’est hélas pas le cas de tout le monde. Ehmkiu perd son Crusader et son pod, Baltot son Helios. Finalement, ça aurait pu être pire. Nous nous regroupons, loin dans les profondeurs du système. Da’ax cède son Taranis au FC, et nous sommes prêts pour le round 2.

Nos yeux à la station signalent 2-3 vaisseaux à l’undock. On repart plus énervés que jamais. Un Caracal et un Scythe jouent avec le feu devant la station. Mais quand on joue avec le feu, parfois on se brule. Les deux imprudents sont tacklés. Puis rapidement réduits à l’état d’épave. De plus en plus de vaisseaux sortent de la station, dont un couteux Arazu, commandé par le pilote du Rattlesnake smartbomb de tout à l’heure. Il est temps de se venger. On se replace. On tombe sur un Cormorant un peu éloigné du groupe principal. Deux secondes à peine suffisent à le pulvériser (je n’ai même pas le temps de tirer). L’Arazu pense sans doute nous prober et nous envoyer ses potes sur la tronche, mais c’est nous qui lui tombons dessus les premiers.

Plusieurs Caracal, un Thorax, un Brutix Navy et un Vexor croisent non loin. Je ne fais pas le malin avec mes 24% de structure restant. L’Arazu est tacklé, ça tire de partout. Deux inty sont détruits pendant l’assaut, mais le Force Recon Ship est désemparé, le kill mail bien gras tombe sur nos coms. On s’éternise pas dans les parages, ça commence à devenir malsain. Pendant notre fuite, un Procurer solitaire et peu prudent est détecté au Dscan. Nous lui tombons dessus comme les Drifters sur l’impératrice Jamyl. Il finira sa soirée plus tôt que prévu. Il est grand temps de quitter le système. GF PH au local, à la prochaine.

Nous croiserons encore un pauvre Iteron Mark V de PH avant de marquer un arrêt technique dans la station de L-6BE1, histoire de réparer les trous dans la coque. Puis nous repartons en chasse chez FINKC, des renters avec des loyers en retard (du coup on a le droit de les taper). Mais ils restent planqués au chaud. Mis à part un Rifter, on ressort bredouille de leurs constellation. Cap au sud avant de rentrer à la base, il commence à se faire tard. On pousse jusqu’à NU4-2G, dans l’espoir de se farcir quelques Infamous avant d’aller dormir. On se disperse dans le système. Baltot, JFKen et moi attrapons un flycatcher d’Inglorious, les renters d’Infamous (y en a quand même qu’ont aucune fierté). C’est le dernier kill, il est temps de rentrer pour un débriefing arrosé au Titty Twister.

Hekto J. Fin de transmission…

Publicités

2 réflexions sur “ Infâme paix ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s