Livre: La flotte perdue

Le nouvel article de la rubrique littéraire SF. Cette fois, je vous parlerais du cycle « La flotte perdue » de Jack Campbell.

L’auteur :
Jack Campbell, de son vrai nom John G. Hemry, né en 1956. C’est un ancien officier de l’US Navy.

Les romans (éditions l’Atalante):
La flotte perdue:
Indomptable
Téméraire
Courageux
Vaillant
Acharné
Victorieux

Par-delà la frontière :
Intrépide
Invulnérable
Gardien
Inébranlable

Etoiles perdues (spin off) :
L’Honneur terni
Bouclier périlleux
Glaive imparfait

Le Pitch :
L’action se déroule quelques milliers d’années dans le futur (on n’a pas vraiment de datation). Comme d’hab, l’humanité a essaimé sur des centaines de systèmes solaires dans notre galaxie, grâce à la découverte des « points de saut » (des trous dans l’espace-temps un peu similaires aux entrées/sorties des wormholes). Deux grands blocs sont en guerre depuis un siècle. D’un côté l’Alliance (les gentils), une coalition de nations démocratiques, et de l’autre les Mondes Syndiqués, surnommés « Syndic » (les méchants), une dictature corporatiste impitoyable. Le conflit stagne car les deux camps sont de puissance équivalente. L’histoire commence quand la quasi-totalité de la flotte de l’Alliance se retrouve piégée dans le système mère des Syndics. Le commandement échoit alors à John Geary, un antique héros censément disparu au tout début de la guerre. La flotte l’ayant retrouvé par hasard en chemin, dans une capsule de secours, en stase cryogénique depuis près d’un siècle.
A peine décongelé, le type se retrouve à devoir commander une bande de bourrins sans aucune notion tactique ni doctrine d’engagement, et ne sachant combattre qu’en mode yolo/kamikaze. La science du combat s’étant perdue au fil du temps et des pertes humaines.

flotte perdueLa première série de roman (La flotte perdue) raconte le long et périlleux voyage de retour vers le territoire de l’alliance, parsemé de batailles et de luttes de pouvoir au sein de la flotte. Geary se retrouve pris entre des officiers prêts à tout pour lui ravir le commandement, et d’autres qui le prennent pour le Dieu de la guerre incarné, indestructible et invincible. Avec toute la flotte Syndic à leurs trousses.

Les combats sont assez similaires à ceux d’EVE online. Par le déplacement des flottes (changer de cap à un instant T), les vaisseaux (destroyers, croiseurs légers et lourds, croiseurs de combat, cuirassés, logistiques). Les engagements se font à courte portée, dans des passes de tir ultra rapides (les flottes se croisent à 2% de la vitesse de la lumière) à coup de missiles, d’armes à énergie et de projectiles. On retrouve aussi le classique « camping », ici sur les points de saut.

On ne trouvera pas, par contre, de longues descriptions des technologies employées (point de saut, hypernet, armes). Le thème principal de cette première série est la déshumanisation, la perte d’éthique des combattants suite à une guerre interminable et effroyablement meurtrière (armes de destruction massive utilisées contre des civils, exécutions des prisonniers de guerre et autres joyeusetés).

Difficile de parler des séries suivantes (Par-delà la frontière et Etoiles perdues) sans trop spoiler la première. Sachez seulement qu’Etoiles perdues se place du point de vue de certains Syndics.

Du bon space opera pur jus. Bonne lecture.

Ravayne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s