La bataille d’Omelette du fromage, suite et fin.

Dans Aunsoun, nous sommes rejoints par quelques frères d’armes de BRAVE (Joseph Numenworth de BO-LD, Alina Tsutola, Hadrian Bridgeman, Thora Caladani, KutaKintey et John Mousseau de BNI). Chaque pilote compte pour le dur combat à venir. Nous entamons les quelques jumps jusqu’à Haroule. Galir est déjà dans la POS pour configurer les défenses de la station.
Arrivés sur zone, une surprise nous attend. Une flotte est bien en train de pilonner le bouclier, mais ce n’est pas celle de Cruis3rs Cr3w. C’est une flotte combinée volant sous les bannières de Warlords of the deep, The Afterlife et The Gorgon Empire, composée de plusieurs Tornado, d’un Keres, d’un Huginn et d’un Orthrus. De sérieux clients. On avait bien besoin de ça.

La flotte warpe illico sur la POS. Notre arrivée est immédiatement suivie d’un flash intense. C’est l’Atron d’Hadrian. Il vient d’être atomisé par les batteries de notre POS.

– Beyond Frontier, what the fuck ? crie Hadrian, dans son pod.
– Mais c’est impossible ! s’écrie Galir, confus et paniqué, j’ai configuré les défenses pour ne pas tirer sur les membres de l’alliance.
– Bah, apparemment ça marche pas. T’es un ingénieur du dimanche, dit quelqu’un (dont je tairais le nom).

S’ensuit un rapide débat pour décider (ou pas) de mettre offline les batteries de défense. Galir est contre mais ordre est donné de les couper. On ne peut pas se permettre de tirer sur nos frères de BRAVE venus nous aider.

Quelques minutes plus tard, le vrai combat s’engage. Nous essuyons un intense bombardement d’artillerie de la part des Tornado. Nos logis sont primary. Deux Scythe explosent, dont l’anchor de la wing. Ça commence mal. L’ennemi change rapidement de position, et XTOF nous fait passer de perche en perche pour le choper. Arthorondor reprend l’anchor logis avec abnégation et brio. Il se charge aussi de la coordination tactique avec les alliés de BRAVE (nos systèmes de com fonctionnent sur des protocoles différents).

Nouvelle passe de tir. Le Moa de Christopher Loclanne est disrupt par l’Orthrus et se prend une pleine bordée de la part des Tornado. Débris et explosions entourent le pauvre croiseur qui se brise en plusieurs morceaux, partant tourbillonner à jamais dans le vide glacial. Le Condor de John Mousseau est pulvérisé par des missiles venant de ce damné Orthrus. Nous arrivons à portée mais l’ennemi désengage. Passe suivante, C’est encore un Moa (Bohemond) et le Scythe FI de Joseph qui disparaissent. Y commence à faire vilain temps dans Haroule. La flotte adverse est moins nombreuse, mais a des vaisseaux supérieurs, en portée et en puissance de feu. Elle ne nous laisse pas l’approcher.

Encore une passe. Cette fois, c’est au tour de la wing ECM de manger ses dents. Soudain, tous les contrôles d’avaries de mon Griffin passent au rouge. Il supporte mal le 1400mm Howitzer. Je me retrouve en pod avant d’avoir eu le temps de dire « prime d’assurance ». Les Griffin de Max et Alix, puis le Condor d’Alina et le Scythe de Revalith y passent aussi. Les pertes s’accumulent. Un Tornado ennemi, trop confiant, entre enfin à portée de tir. Il subit de plein fouet le juste courroux de Beyond Frontier. Le bouclier renforcé du croiseur de combat lâche sous le déluge de feu. Il explose quelques secondes plus tard sous les ultimes rafales de zinox et LL Machine.

Je repars dare-dare vers Aunsou en pod pour reship. Je contacte les docks.
– Dock 812, ici Hekto Joringer. Préparez le Moa, aka « Morning Star », pour un undock dans cinq minutes. Envoyez la facture à BE-FR.

Les équipes sont en pleine bourre. Je ne suis pas le seul à reship.

De retour à Haroule, je rejoins la POS. Le ballet sanglant avec la flotte ennemie se poursuit. Pas à notre avantage. Et l’odeur du sang attirent d’autres vautours. Des pilotes NCdot et OSS sont signalés dans le système. L’adversaire nous grignote à petit feu. XTOF prend alors la difficile décision de rompre le combat, préservant ce qui reste de la flotte d’un vain sacrifice.

Nous nous regroupons dans la station la plus proche afin de réparer pour le voyage de retour. Hélas, nous restons bloqués un moment car une petite flotte de Cynabal d’OSS campe le dédock.

Galir, toujours à son poste dans une « Omelette du fromage » en ruine, tente d’évacuer en Osprey mais ces pleutres de Cruis3rs Cr3w font enfin leur apparition. Notre infortuné ingénieur est lâchement torpillé par les bombers de Cruis3rs Cr3w, sans doute planqués là depuis le début. Ils ont sortis les bombers mais ont laissé leurs balls en station.

Le bilan est sévère, mais la défaite pleine d’enseignements. Et nos ennemis sauront que Beyond Frontier vendra toujours chèrement sa peau.

R.I.P. Omelette du fromage, tu ne seras pas oubliée.

Hekto J. Fin de transmission…

PS: Je me rends compte qu’une explication s’impose pour les non-membres de notre glorieuse corporation (et oui, personne n’est parfait). Pourquoi « Omelette du fromage » ? C’est en fait, une référence à une blague linguistique récurrente entre nous et nos camarades anglophones de Brave Collective.

Publicités

Une réflexion sur “ La bataille d’Omelette du fromage, suite et fin. ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s